#WrestleNarita

Coupe du Monde de lutte féminine : le programme

By Eric Olanowski

NARITA, Japon (le 23 octobre) -- United World Wrestling a publié le programme de la 18e Coupe du Monde de lutte féminine, qui se tiendra au Parc des Sports & Divertissements Nakadai de Narita au Japon du 16 au 17 novembre prochain. 

United World Wrestling avait invité à la Coupe du Monde de lutte féminine les huit meilleures équipes de lutte féminine selon les résultats du championnat du monde de Noursoultan de septembre dernier, mais l'édition de cette année ne comptera finalement que six équipes. Le Kazakhstan, No.6, et l'Azerbaïdjan, No.8, se sont en effet retirés de la compétition.

Plus tôt cette année, le Comité exécutif de l'UWW avait établi que toutes les coupes du monde devraient appliquer le même format de compétition au sujet du placement des équipes dans leur groupe respectif. Selon ce nouveau système, l'équipe No.1 rencontrera les équipes No.4, 5 et 8 et l'équipe No.2 les équipes No. 3, 6 et 7.

Yukako KAWAI (JPN) se joindra à sa soeur Risako dans les sélections japonaises pour la Coupe du Monde de lutte féminine. Médaillée de bronze à Noursoultan, Yukako concourra en 62kg. (Photo : Kadir Caliskan)

Les Japonaises, quatre fois championnes du monde et tenantes du titre, seront les vedettes d'un Groupe A très chargé en présence de la Chine et de l'Ukraine. 

Risako et Yukako KAWAI mèneront une division de 20 lutteuses à la poursuite de leur cinquième titre consécutif en Coupe du Monde de lutte féminine. Risako, sans doute la lutteuse la plus efficace de sa génération, a remporté cinq titres mondiaux d'affilée depuis les Jeux Olympiques de Rio de Janeiro en 2016.

Yukako est sortie deuxième des mondiaux 2018 et a emporté la médaille de bronze lors de l'édition 2019. Les deux soeurs ont obtenu la qualification de leur catégorie de poids pour les JO 2020 et sont attendues pour représenter leur pays à Tokyo chacune dans sa catégorie respective.

Anciennes championnes du monde, Yui SUSAKI (JPN) et Haruna OKUNO (JPN) sont en tête d'affiche des représentantes du pays hôte en, respectivement, 50 et 53kg. Susaki remplace Yuki IRIE, qui a échoué à qualifier la place des 50kg - la seule catégorie pour laquelle le Japon n'a pas obtenu de place pour Tokyo 2020. 

Il est possible que Ningning RONG (CHN) retrouve son adversaire de la finale des mondiaux Risako KAWAI (JPN) samedi soir lorsque le Japon affrontera la Chine.(Photo : Gabor Martin)

La Chine ne sera pas en reste en ce qui concerne la qualité de son équipe, quatrième à Noursoultan : pas moins de six médaillées mondiales seront à Narita. L'équipe chinoise aura à sa tête la championne du monde 2018 Ningning RONG (CHN) - vaincue par Risako Kawai 9-6 lors des mondiaux 2019. Kawai et Rong toutes deux inscrites en 57kg, c'est un possible et extraordinaire remake de la finale de Noursoultan qui se profile à l'horizon ce samedi soir lorsque sera venu le tour de la Chine d'affronter le Japon. 

Sun, médaille d'or en 2014, est la seconde championne du monde de la sélection chinoise. Elle avait terminé troisième des Jeux Olympiques de Rio et troisième également du championnat du monde 2018. 

Selon le choix du Japon de déployer ou non Yui Susaki en 50kg, Sun pourrait ainsi avoir une chance d'affronter l'une de ses plus grandes rivales, face à laquelle elle n'avait pu, au championnat d'Asie en 2017 et lors de la Coupe du Monde de lutte féminine la même année, que concéder la défaite. 

Aux aguets dans ce Groupe A, l'Ukraine, qui part en quête de sa première victoire d'équipe en Coupe du Monde. 

La championne du monde en titre Inna TRAZHUKOVA (RUS) est la vedette de la sélection russe. (Photo : Kadir Caliskan).

La Fédération russe, deuxième cette année des championnats du monde, tient le haut de l'affiche du Groupe B, une affiche partagée avec les USA et la Mongolie, respectivement troisièmes et septième à Noursoultan. 

Inna TRAZHUKOVA (RUS) mène une équipe russe comprenant quatre médaillées de Noursoultan : elle-même, championne du monde en titre, la médaillée d'argent Liubov OVCHAROVA (RUS) et les deux médaillées de bronze Ekaterina POLESHCHUK (RUS) et Olga KHOROSHAVTSEVA (RUS). 

Ovcharova concourra en 59kg, tandis que Poleshchuk et Khoroshavtseva sont inscrites dans les catégories dans lesquelles elles ont médaillé à Noursoultan soit, respectivement, 50 et 55kg. 

Adeline GRAY (USA) est l'une des trois championnes du monde de la sélection américaine. (Photo : Kadir Caliskan)

Les États-Unis enverront une équipe de lutte féminine remplie de stars à la Coupe du Monde, avec trois lutteuses récemment couronnées championnes du monde à Noursoultan : Adeline GRAY (USA), Jacarra WINCHESTER (USA) et Tamyra MENSAH-STOCK (USA). Les USA tenteront de remporter leur second titre de coupe du monde par équipe et leur premier depuis 2003. 

Bien que Gray soit considérée comme une géante de la lutte féminine, elle aura fort à faire pour remettre les USA sur la voie glorieuse d'un second titre mondial. L'épreuve de force, pour la cinq fois championne du monde et récemment à nouveau titrée, sera celle qui l'attend face à la médaillée olympique de bronze (Rio 2016) Ekaterina BUKINA (RUS), lorsque la banière étoilée rencontrera la Fédération russe samedi après-midi.

La Coupe du Monde de lutte féminine sera la première compétition de Jacarra WINCHESTER (USA) depuis l'obtention de son titre mondial à Noursoultan. (Photo : Kadir Caliskan)

Toujours dans le Groupe B, la championne du monde en titre des 55kg Jacarra Winchester devra surmonter un parcours semé d'embûches si elle souhaite rester invaincue lors de ses deux duels prévus. Elle affrontera une médaillée mondiale de bronze dans chacune de ces rencontres, tout d'abord face à la Russe Olga KHOROSHAVTSEVA puis, samedi soir face à la Mongolie, contre son opposante des demi-finales de Noursoultan BAT OCHIR Bolortuya, qu'elle avait alors vaincue 13-2 avant de rejoindre les finales et remporter le titre mondial.

Mensah-Stock est la troisième championne du monde américaine inscrite à la Coupe du Monde de lutte féminine. Comme pour Winchester, l'épreuve de force de Mensah-Stock, en 68kg cette fois, viendra face à la Mongolie samedi soir. 

Mensah-Stock affrontera soit OCHIRBAT Nasanburmaa (MGL), soit ENKHSAIKHAN Delgermaa (MGL). Ochirbat est quatre fois médaillée mondial en catégorie senior, Enkhsaikan médaillée mondiale d'argent junior depuis l'année dernière.

Sarah HILDEBRANDT (USA) et Allison RAGAN (USA) font également partie des sélections de l'équipe américaine. Si toutes deux ont déjà fait l'expérience d'une finale de championnat du monde, elles avaient chacune échoué à s'emparer de la médaille d'or. Hildebrandt (53kg) avait terminé deuxième en 2018, Ragan (59kg) en 2017. 

BAT OCHIR Bolortuya (MGL) est l'une des deux médaillées mondiales de bronze de l'équipe mongole pour la Coupe du Monde. (Photo : Gabor Martin)

La Mongolie, septième place à Noursoultan, est la troisième équipe de ce Groupe B - avec les USA et la Russie. 

Elle sera emmenée par les médaillées mondiales de bronze 2019 BAT OCHIR Bolortuya (MGL) et BAATARJAV Shoovdor (MGL), respectivement inscrites en 55 et 59kg.

Les combats de la Coupe du Monde 2019 de lutte féminine ouvrent samedi 16 novembre et sont retransmis en direct sur www.unitedworldwrestling.org

Coupe du Monde de lutte féminine 2019 : les groupes
Groupe A - No. 1 JPN, No. 4 CHN, No. 5 UKR 
Groupe B - No. 2 RUS, No. 3 USA, No. 7 MGL

PROGRAMME
Samedi 16 novembre 
10:30 – Tapis A : JPN vs. UKR / Tapis B : RUS vs. MGL 
12:00 – Tapis A : RUS vs. USA / Tapis B : CHN vs. UKR 
16:30 – Cérémonie d'ouverture 
17:00 – Tapis A : JPN vs. CHN / Tapis B : USA vs. MGL

Dimanche 17 novembre 
08:00 – Examen médical & pesée
10:30 – Finales 5/6
13:00 – Finales 3/4
14:30 – Finales 1/2
16:00 – Remise des prix

#WrestleNewDelhi

Kakran s'empare à domicile de la médaille d'or des 68kg

By Ken Marantz

NEW DELHI (le 20 février) -- Divya KAKRAN (IND) a versé des larmes de joie lors de sa victoire à domicile, tandis que ses coéquipières occupent trois des quatre autres finales de lutte féminine au championnat d'Asie.

C'est par tombé que Kakran a remporté ses quatre combats dans la catégorie des 68kg, concourue en tournoi nordique puisque seules cinq lutteuses y étaient inscrites. Sans combattre en finale, elle obtient ainsi son premier titre d'Asie après avoir atteint la troisième place en 2019 et la deuxième en 2017.  

Sa victoire clé est advenue au quatrième tour sur la championne du monde en titre junior Naruha MATSUYUKI (JPN) à laquelle, menée sur critères 4-4, elle ceintura les bras pour la renverser et obtenir le tombé à 4'20.

“C'est ma plus belle action,” a commenté, en larmes, Kakran. “Avant de venir ici, j'avais envie d'amener tout le monde à terre.”

Sarita SARITA (IND) est l'une des trois finalistes indiennes du jour 3. (Photo : Gabor Martin)

En session nocturne, l'Inde aura trois possibilités d'augmenter sa prise avec Devi NIRMALA (IND) en 50kg, Pinki PINKI (IND) en 55kg et Sarita SARITA (IND) en 59kg. Le Japon a deux finalistes dont la médaillée mondiale d'argent des 76kg Hiroe MINAGAWA (JPN), la Mongolie aussi et le Kyrgyzstan une.

L'entraîneur américain de l'équipe indienne Andrew Cook, engagé il y un an comme “expert étranger de lutte féminine,” a déclaré qu'il était fier des résultats de l'équipe dans cette compétition - même si celle-ci déplore l'absence de la Chine et de la Corée du Nord en raison du coronavirus covid-19.

“Je crois que pendant les deux derniers mois a peu près, nous avons eu le meilleur entraînement que j'ai [vu] depuis un an que je suis en Inde,” a commenté Cook. “Cohésion avec les entraîneurs, cohésion avec les athlètes. Je pense que le programme d'entraînement est correct sur ce point.

“Je suis heureux de ce qu'elles démontrent. Elle font en fait ce que nous faisons à l'entraînement. C'est déjà beaucoup.”

Cook a également ajouté que ses inquiétudes au sujet de comment réagiraient ses protégées à la pression induite par le fait de combattre à domicile devant la foule du stade K.D. Jadrav ont été rapidement dissipées.

“J'étais un peu inquiet parce que ce weekend elles sont chacune rentré chez elles et je ne les ai pas revues jusqu'à ce matin. Donc j'étais tendu, comment nous allions réagir, comment nous allions lutter. J'ai aussi senti qu'elles étaient à l'aise en Inde, et qu'elles lutteraient durement pour leurs fans. J'ai compris que ça passerait, et c'est passé complètement.”

Miho IGARASHI (JPN) a vaincu Valentina ISLAMOVA BRIK (KAZ), médaillée mondiale de bronze, et rejoint les finales des 50kg. (Photo : Gabor Martin)

En finale des 50kg, Nirmala affrontera la double championne du monde des U23 Miho IGARASHI (JPN), qui a créé la surprise lorsqu'elle inscrit un amené au sol décisif à 15 secondes de la cloche pour une victoire 5-3 sur la médaillée mondiale de bronze Valentina ISLAMOVA BRIK (KAZ).

“Elle m'a vaincue il y a deux ans, et je voulais ma revanche,” a-t-elle déclaré. “Même si c'était chaud, j'ai pensé que si je restais calme, je pourrais renverser la vapeur. J'ai gardé mon sang-froid pendant le combat et ça a payé.”

Igarashi a une raison de motivation en plus pour son premier championnat continental senior : sa petite soeur Saki détient déjà l'or d'Asie, qu'elle a remporté à Bishkek en 2018 dans la catégorie de poids des 55kg.  

“Ma petite soeur a gagné le titre avant moi, il faut que je la rattrape et remporte absolument le championnat,” dit-elle avec un sourire.

Nirmala a atteint les finales en déroulant une victoire par supériorité technique 10-0 sur Dauletbike YAKHSHIMURATOVA (UZB).

En 55kg, Pinki PINKI (IND) a vaincu Marina ZUYEVA (KAZ) 6-0 en demi-finale et sera en duel avec Dulguun BOLORMAA (MGL) pour le titre de la catégorie. Dulgunn a démontré qu'elle ferait mieux que sa médaille de bronze 2019 en obtenant le tombé sur Kana Higashikawa (JPN) en 44 secondes.

Battsetseng ALTANTSETSEG (MGL), médaillée d'argent l'année dernière à Xi’an, se retrouve en finale des 59kg contre Sarita grâce à une victoire 5-1 sur Madina BAKBERGENOVA (KAZ).

Sarita elle-même s'est fait une grosse frayeur face à Yuumi KON (JPN) en tentant une prise à 4 points pour obtenir un 10-0 ; l'action a continué et la supériorité technique n'a pas été prononcée. Kon a pu réagir et mettre Sarita sur son dos, pour obtenir, finalement, la victoire par 10-3.

Hiroe MINAGAWA (JPN), médaillée mondiale d'argent à Noursoultan, sera sur le tapis de la finale des 76kg. (Photo : Sachiko Hotaka)

Toutes sauf une des catégories de poids ont fait usage de groupes préliminaires en raison du nombre limité de participantes et la finale des 76kg offrira un remake de la victoire de Minagawa par 3-0 sur la médaillée mondiale de bronze des U23 Aiperi MEDET KYZY (KGZ).

Les deux lutteuses ont remporté leur demi-finale par tombé, Minagawa sur Arlunjargal GANBAT (MGL) et Medet Kyzy sur Elmira SYZDYKOVA (KAZ), celle-ci médaillée de bronze 2018 et cinquième des mondiaux 2019. 

Minagawa, qui a obtenu tous ses points contre Medet Kyzy pour des sorties de tapis et vice-championne en 2018 et 2019 face à des adversaires chinoises, tentera d'obtenir le troisième titre asiatique de sa carrière et le premier depuis 2015 pour une sixième médaille potentielle.

À noter que le combat au cinquième tour entre Matsuyuki et Delgermaa ENKHSAIKHAN (MGL) déterminera les médailles de bronze et d'argent de la catégorie des 68kg. 

Résultats

Lutte féminine
50kg (8 participantes)
Demi-finale – Miho IGARASHI (JPN) df. Valentina ISLAMOVA BRIK (KAZ), 5-3
Demi-finale – Devi NIRMALA (IND) df. Dauletbike YAKHSHIMURATOVA (UZB), ST 10-0, 3:29

55kg (6 participantes)
Demi-finale – Pinki PINKI (IND) df. Marina ZUYEVA (KAZ), 6-0
Demi-finale – Dulguun BOLORMAA (MGL) df. Kana Higashikawa (JPN), par tombé, 0:44 (2-0)

59kg (7 participantes)
Demi-finale – Battsetseng ALTANTSETSEG (MGL) df. Madina BAKBERGENOVA (KAZ), 5-1
Demi-finale – Sarita SARITA (IND) df. Yuumi KON (JPN), 10-3

68kg (5 participantes)
Tournoi nordique (4 tours)
1. Divya KAKRAN (IND), 4-0;
2. Naruha MATSUYUKI (JPN), 2-1;
3. Delgermaa ENKHSAIKHAN (MGL) 2-1;
4. Albina KAIRGELDINOVA (KAZ), 0-3;
5. Azoda ESBERGENOVA (UZB), 0-3.

76kg (7 participantes)
Demi-finale – Aiperi MEDET KYZY (KGZ) df. Elmira SYZDYKOVA (KAZ), par tombé, 2:48 (4-1)
Demi-finale – Hiroe MINAGAWA (JPN) df. Arlunjargal GANBAT (MGL), par tombé, 1:33 (5-0)