Coupe du Monde Féminine

Le Japon, hôte de la Coupe du Monde de Lutte Féminine, maintient la Chine à distance et conquiert son quatrième titre d'affilée

By Ken Marantz

Dépourvu d'une de ses championnes du monde et olympique, le Japon devait s'appuyer sur une lutteuse moins titrée pour faire la différence et remporter une victoire cruciale.

Entre en scène Ayana GEMPEI (JPN), dont la victoire par ceinture arrière en 65kg entraîna la consécration de l'hôte japonais sur la Chine en finale du Championnat du Monde de Lutte Féminine, lui rapportant son quatrième titre consécutif et dixième toutes éditions confondues.

"J'étais si concentrée ; je n'ai pas vraiment pensé à ça," a commenté Gempei sur le fait d'être en position de donner au Japon une avance irrattrapable. "De toute façon, j'y suis allée absolument déterminée à gagner."

Face à TANG Chuying (CHN), Gempei était menée 3-2 quand elle a réalisé une projection au sol et une ceinture de côté dans les douze secondes finales pour remporter la victoire 6-3.

"Je perdais, mais j’étais sûre de pouvoir obtenir quelque chose quelque part. Je croyais dans ce que j’amenais [au tapis]. J’y suis allée en toute confiance."


Uki IRIE (JPN) célèbre sa dixième victoire par supériorité technique sur la médaillée de bronze olympique chinoise SUN Yanan of China (Photo: Max Rose-Fyne). 

Yuki IRIE (JPN) a donné au pays hôte un départ parfait quand elle a submergé la médaillée de bronze des Jeux Olympiques de Rio en 2016 SUN Yanan (CHN), accumulant 10 points à zéro avant de l’emporter par tombé 46 secondes avant la cloche.

Irie, qui avait vaincu la championne du monde Yui SUSAKI au championnat du Japon en décembre, sortait d’une performance décevante aux récents jeux d’Asie de Bishkek, où elle a dû se contenter de la médaille de bronze dans un tournoi dominé par la Chine.

Mais devant les 2000 spectateurs de l’Arène Takasaki chauffée à blanc et en diffusion télévisée nationale, Irie a démontré de quoi elle était faite. 

"Au début, je me posais des questions sur Irie," a déclaré l’instructeur principal japonais Hideo SASAYAMA. "Si nous perdons ici, ce pourrait être un problème. Mais si nous gagnons à l’ouverture, les choses s’enchaînent. Elle a remporté une victoire magnifique et a donné son élan au Japon."
La championne du monde de Paris 2017, Haruna OKUNO (JPN), a suivi en 53kg avec une victoire par tombé sur OUYANG Junling (CHN), contrastant sur sa laborieuse victoire de la veille 7-6 sur Sarah HILDEBRANDT (USA).

"Dans le match d’hier, j’ai laissé mon adversaire suivre sa stratégie," a déclaré Okuno. "Aujourd’hui, j’ai pu faire ce que je voulais."

La médaillée d’argent de Paris 2017 Mayu MUKAIDA (JPN), a assuré la continuité avec une victoire par supériorité technique 10-0 en 1’27 sur XIE Mengyu (CHN) en 55kg.

Mais même si on pouvait s’attendre à ces trois victoires, les prochains combats seraient décisifs pour la Chine, qui comptait préparer la scène pour son trio hautement réputé de poids lourds.

RONG Ningning (CHN) cherche le tombé en finale du Championnat du Monde de Lutte Féminine (Photo: Max Rose-Fyne)

La prochaine lutteuse alignée pour la Chine était la médaillée d’or à Bishkek 2018 RONG Ningning en 57 kg, et ce fut une surprise pour beaucoup quand Katsuki SAKAGAMI pris la tête 4-0. Mais Rong dérouta Sakagami par une tentative de double ramassement de jambes enlevées, l’envoyant sur son dos avant d’enlever cinq ceintures de côté – dont la dernière à la cloche de la première période pour une victoire par supériorité technique 15-4.

En 59kg, Yukako KAWAI (JPN) remporta un succès capital quand elle marqua en seconde période une projection au sol pour une victoire 3-1 sur PEI Xingru (CHN) qui, comme Rong, était une des cinq championnes d’Asie récemment couronnées et montant sur le tapis pour la Chine ce dimanche.

La sœur aînée de Kawai, la championne olympique de Rio 2016 et championne du monde de Paris 2017 Risako KAWAI (JPN), a répondu aux attentes en forgeant une victoire 10-4 sur la médaillée d’argent de Bishkek 2018 LUO Xiaojuan, plaçant le Japon à 5-1.

Ayana GEMPEI (JPN) lutte pour la domination pendant la finale de dimanche soir (Photo: Max Rose-Fyne)

Gempei, championne du monde des moins de 23 ans, a remporté sa victoire décisive sur Tang l’efflanquée qui dépassait d’une tête la Japonaise râblée. 

"Quelle que soit l’adversaire, quelle que soit sa constitution, je pense seulement à devoir lutter en me servant des mouvements que je maîtrise," a déclaré Gempei. "Donc je ne pense pas à ça."

Suite au désistement en finale de la championne olympique de Rio 2016  et championne du monde de Paris 2017 Sara DOSHO (JPN) pour cause de blessure à l’épaule pendant le tour préliminaire, Miwa MORIKAWA (JPN), battue 9-0, n’a pas fait le poids en 68kg face à la championne de Bishkek 2018 ZHOU Feng.

Les victoires remportées par les deux autres championnes chinoises d’Asie, Yue HAN (CHN) en 72kg et ZHOU Qian (CHN) en 76kg, n’auront servi qu’à réduire la marge de victoire du Japon.

Han, médaillée de bronze de Paris 2017, a été poussée aux limites par Masako FURUICHI (JPN) et a eu besoin de deux projections au sol en seconde période pour décrocher une victoire 10-7, alors que Zhou renversait la médaillée de bronze de Paris 2017 Hiroe SUZUKI (JPN) 7-1.
 

La Mongolie remporte le bronze pour la troisième année d’affilée 
Dans une passionnante série éliminatoire pour la troisième place, marquée par plusieurs tardives ceintures arrière, Tumentsetseg SHARKHUU (MGL) a fait sensation en permettant à la Mongolie de décrocher la victoire 6-4 face aux Etats-Unis pour une troisième médaille de bronze consécutive.

Les Etats-Unis avaient interrompu la domination de la Mongolie 4-3 grâce à deux victoires sur deux de ses meilleures lutteuses lorsque la médaillée d’argent de Bishkek 2018 Sharkhuu rencontrait Tamrya MENSAH (USA) dans un combat décisif en 68kg.

Mensah fusait en tête à 5-0 mais, en seconde période, Sharkhuu usa d’un chassé intérieur pour envoyer l’Américaine sur son dos, achevant le combat par un tombé à 1’56 de la fin.

"Dans notre équipe, on s’est toutes encouragées en nous disant, 'Tu peux le faire,'" a déclaré Sharkhuu. "Je pensais seulement à l’équipe en me disant 'Tu dois gagner.'"

Visionnant son action gagnante, Sharkuu a commenté, "Cette technique n’est pas la mienne, mais je m’y entraîne depuis un mois."

Après que Davaachimeg ERKHEMBAYAR (MGL) en 55kg et Shoovdor BAATARJAV (MGL) en 59kg l’ont emporté à la dernière seconde, les Etats-Unis sont revenus dans la compétition grâce à deux grandes victoires. 

Mallory VELTE (USA) résista pour une victoire 11-9 en 62kg sur la championne du monde de Paris 2017 Orkhon PUREVDORJ (MGL), qui n’était pas à son plus haut niveau et avait déclaré forfait pour deux combats de phase de groupe.

Forrest MOLINARI (USA) se démêla d’une bataille serrée en 65kg contre l’ancienne championne du monde Battsetseg SORONZONBOLD (MGL) grâce à un tombé en première période. 

"Orkhon était blessée, mais elle a fait au mieux," a indiqué Sharkhuu. "J’apprécie beaucoup son [effort]. Nous ne formons toutes qu’une seule équipe."

L’entraîneur de la Mongolie Byambajov BATTULGA a témoigné que son équipe s’améliore grâce au fait que de plus jeunes lutteuses commencent à s’affirmer.

"Nous obtenons un meilleur alliage quand les jeunes lutteuses prennent leurs marques," a dit Battulga. "Nous sommes plus confiants. Deux championnes ont perdu, nous étions choqués. Mais Sharkhuu a décroché une grande victoire."
 

Mélodrame pour les dernières places
Pendant ce temps, l’ambiance était dramatique au matin alors que dans les deux séries éliminatoires pour les dernières places, les équipes se trouvaient à égalité 5 partout et que décision serait rendue aux points de classement.

Le Canada résistait pour déborder la Biélorussie 24-21, la différence principale venant du fait que la Biélorussie tenait une victoire de plus par défaut ou forfait sur le Canada.

L’issue ne sera précisée qu’au cours de l’ultime combat en 76kg, quand Vasilisa MARZALIUK (BLR), qui se devait d’obtenir une victoire par tombé, ne put que l’emporter 6-4 face à Justina DI STASIO (CAN).

Sur un score de 2-2 et à moins d’une minute de la fin, Marzaliuk se démenait pour ceinturer les bras de son adversaire en vue d’une projection. La Canadienne résistait mais fut renversée alors que les lutteuses sortaient des limites, pour une action à 4 points.


"Je crois que j’essayais tellement de ne pas sortir des limites que j’ai surcompensé et trop poussé," a témoigné di Stasio. "Je ne sais pas comment j’ai été renversée."

Ajoutant à la tension, di Stasio s’est blessée pendant le combat et dû recevoir des soins médicaux. "J’ai un petit problème à la nuque en ce moment," a-t-elle dit. "J’ignore pourquoi j’ai atterri sur la tête pendant les deux derniers matchs."

Un forfait aurait donné la victoire à la Biélorussie – un détail dont la Canadienne a déclaré ne pas avoir été au courant.


"Non, je n’en avais aucune idée – ce que je préfère," a dit di Stasio, qui a ajouté n’avoir jamais songé à arrêter le combat.

Pour la Suède, se partager les matchs à égalité avec la Roumanie en série éliminatoire pour la septième place mais perdre aux points de classement 24-22 restera, en quelque sorte, une victoire morale, étant donné la morosité des résultats obtenus par la jeune équipe en phase de groupe, où elle n’a remporté que deux victoires en tout.

"Hier restera une sale journée pour toute l’équipe," a fait savoir après sa victoire sur Catalina AXENTE (ROU) par tombé en 72kg, la vétéran Jenny FRANSSON (SWE), médaillée de bronze de Rio 2016. "Proche de la fin, je sentais que tout le monde était triste. C’était dur. Mais c’est une bonne expérience."

Résultats
1re-2me Places
JAPON 6 CHINE 4

50 kg: Yuki IRIE (JPN) df. SUN Yanan (CHN) par tombé, 0:46 (10-0)
53 kg: Haruna OKUNO (JPN) df. OUYANG Junling (CHN) par tombé, 4:33 (4-0)
55 kg: Mayu MUKAIDA (JPN) df. XIE Mengyu (CHN) par ST, 10-0, 1:15
57 kg: RONG Ningning (CHN) df. Katsuki SAKAGAMI (JPN) par ST, 15-4, 3:00
59 kg: Yukako KAWAI (JPN) df. PEI Xingru (CHN), 3-1
62 kg: Risako KAWAI (JPN) df. LUO Xiaojuan (CHN), 10-4
65 kg: Ayana GEMPEI (JPN) df. TANG Chuying (CHN), 6-3
68 kg: ZHOU Feng (CHN) df. Miwa MORIKAWA (JPN), 9-0
72 kg: HAN Yue (CHN) df. Masako FURUICHI (JPN), 10-7
76 kg: ZHOU Qian (CHN) df. Hiroe MINAGAWA (JPN), 7-1

3me-4me Places
MONGOLIE 6 ETATS-UNIS 4

50 kg: Victoria ANTHONY (USA) df. Narangerel ERDENESUKH (MGL) par tombé, 3:49 (8-2)
53 kg:  Sumiya ERDENECHIMEG (MGL) df. Sarah HILDEBRANDT (USA), 10-6
55 kg: Davaachimeg ERKHEMBAYAR (MGL) df. Jacarra WINCHESTER (USA), 9-6
57 kg: Battsetseg ALTANTSETSEG (MGL) df. Allison RAGAN (USA) par ST, 10-0, 1:38
59 kg: Shoovdor BAATARJAV (MGL) df. Kayla MIRACLE (USA), 5-4
62 kg: Mallory VELTE (USA) df. Orkhon PUREVDORJ (MGL), 11-9
65 kg: Forrest MOLINARI (USA) df. Battsetseg SORONZONBOLD (MGL) par tombé, 3:22 (4-4)
68 kg: Tumentsetseg SHARKHUU (MGL) df. Tamyra MENSAH (USA) par tombé, 1:56 (4-5)
72 kg: Nasanburmaa OCHIRBAT (MGL) df. Victoria FRANCIS (USA), 11-3
76 kg: Adeline GRAY (USA) df. Chantsalnyamaa AMGALANBAATAR (MGL) par ST, 10-0, 3:59

5me-6me Places
CANADA 5 BIELORUSSIE 5

(Le Canada gagne 24-21 aux points de classement)
50 kg: Jessica MACDONALD (CAN) df. Kseniya STANKEVICH (BLR) par tombé, 3:12 (6-2)
53 kg: Diana WEICKER (CAN) df. Vanesa KALADZINSKAYA (BLR) par défaut
55 kg: Iryna KURACHKINA (BLR) df. Jade PARSONS (CAN), 10-4
57 kg: Samantha STEWART (CAN) df. Zalina SIDAKOVA (BLR), 7-0
59 kg: Katsiaryna HANCHAR YANUSHKEVICH (BLR) df. Emily SCHAEFER (CAN) par ST, 12-2,2:15
62 kg: Veranika IVANOVA (BLR) df. Jessica BROUILLETTE (CAN) par tombé, 5:34 (4-0)
65 kg: Krystsina FEDARASHKA (BLR) df. Braxton STONE (CAN) par défaut
68 kg: Olivia DI BACCO (CAN) df. Hanna SADCHANKA (BLR), 5-2
72 kg: Erica WIEBE (CAN) par forfait
76 kg: Vasilisa MARZALIUK (BLR) df. Justina DI STASIO (CAN), 6-4 

7me-8me Places
ROUMANIE 5 SUEDE 5

(La Roumanie gagne 24-22 aux points de classement)
50 kg: Alina VUC (ROU) df. Malin  LJUNGSTROEM (SWE) par tombé, 3:56 (8-0)
53 kg: Estera TAMADUIANU DOBRE (ROU) df. Linn LUNDSTROEM (SWE) par ST, 10-0, 1:37
55 kg: Simona PRICOB (ROU) df. Liliana JUAREZ ANDINO (SWE) par ST, 10-0, 2:15
57 kg:  Kateryna ZHYDACHEVSKA (ROU) df. Sara LINDBORG (SWE) par tombé, 2:23 (10-3)
59 kg: Emma JOHANSSON (SWE) par forfait
62 kg: Kriszta INCZE (ROU) df. Therese PERSSON (SWE) par défaut
65 kg: Moa NYGREN (SWE) df. Adina POPESCU (ROU) par tombé, 1:35 (6-2)
68 kg: Alexandra SANDAHL (SWE) df. Alexandra ANGHEL (ROU), 9-2
72 kg: Jenny FRANSSON (SWE) df. Catalina AXENTE (ROU) par ST, 10-0, 1:17
76 kg: Denise MAKOTA STROEM (SWE) par forfait

#WrestleNice

Aperçu du Grand Prix de France Henry Deglane

By Eric Olanowski

La 47ème édition du Grand Prix de France Deglane ouvre ses portes du 14 au 18 janvier. De nombreuses stars monteront sur les tapis, avec en tête d'affiche quatre champions olympiques et cinq champions du monde en titre, parmi presque 300 athlètes venus de 23 pays.

Probable duel des champions olympiques Sharifov et Snyder
En tête d'affiche de la compétition, le probable duel des deux champions olympiques Sharif SHARIFOV (AZE) et Kyle SNYDER (USA) en 97kg. Si le duo de superstars s'affronte, les deux athlètes joueront un remake de la demi-finale du championnat du monde de Noursoultan en 2019, où le Caucasien, champion olympique de Londres et médaillé de bronze à Rio, avait vaincu l'Américain par 5-2 sur la route qui le mena à une médaille d'argent.

Sharifov avait alors contré avec succès chacune des 19 attaques de Snyder, ne concédant qu'un point pour inactivité et une sortie de tapis. Lui avait accumulé une sortie de tapis, un amené au sol et une mise en danger, deux actions effectuées en contre-attaque sur des décalages avant de son adversaire. 

Selon moi, pour que Snyder rééquilibre la partie, il faudrait qu'il accapare son adversaire sur ses attaques de front.

Gadzhiev fait ses débuts 2021 en 65kg
Le Polonais Magomedmurad GADZHIEV fera ses débuts 2021 dans la catégorie olympique des 65kg, sa troisième apparition dans cette classe de poids depuis 2017. 

Gadzhiev, deux fois médaillé mondial, sort invaincu de sa campagne 2020 chez les 70kg, où il a accumulé successivement les médailles d'or de la Coupe du Monde, du Championnat d'Europe et du Mémorial Waclaw Ziolkowski.

Pour que Gadzhiev décroche sa quatrième médaille d'or d'affilée, il devra se défaire d'une longue liste de redoutables adversaires – dont le champion olympique Vladimir KHINCHEGASHVILI (GEO) et le deux fois médaillé mondial James GREEN (USA). L'Argentin et olympien Agustin Alejandro DESTRIBATS (ARG) et la star montante John DIAKOMIHALIS (USA) seront également présents sur les tapis de la catégorie des 65kg.


Le triple champion du monde et actuel tenant du titre Geno PETRIASHVILI (GEO) sera aligné en 125kg (Photo : Tony Rotundo).

Les autres champions du monde de lutte libre inscrits 
Les champions du monde Beka LOMTADZE (GEO), Kyle DAKE (USA) et Geno PETRIASHVILI (GEO) sont les autres lutteurs à ne manquer sous aucun prétexte.

Le favori des 61kg est Lomtadze ; sa menace principale viendra du médaillé mondial de bronze 2018 Joseph COLON (USA).

Dake, deux fois champion du monde dans la catégorie non olympique des 79kg, fera sa seconde apparition en 74kg. Lors de son premier essai dans cette catégorie olympique, il avait décroché l'or du Matteo Pellicone, démontant le médaillé olympique de bronze Soener DEMIRTAS (TUR) par 10-0 en moins d'une minute, pour monter au sommet du podium de l'ESC.

Il lui faudra se faufiler dans les champ des 74kg entre le médaillé mondial d'argent 2018 Avtandi lKENTCHADZE (GEO) et le champion du monde junior 2018 Khadzhimurad GADZHIYEV (AZE).

Petriashvili, triple champion du monde et tenant du titre, est inscrit en 125kg. Son obstacle le plus crédible sera le double médaillé mondial de bronze Nicholas GWIAZDOWSKI (USA).

Tamyra MENSAH STOCK (USA) sera sur les tapis des 68kg (Photo : Tony Rotundo).

Mensah de retour après sa victoire sur Gray
Tamyra MENSAH STOCK (USA) fait son retour dans sa catégorie habituelle, moins d'une semaine après avoir vaincu la quintuple championne du monde Adeline GRAY (USA). celle des 68kg. La championne du monde en titre était monté en 76kg pour y vaincre Gray par 4-0 dans le combat le plus attendu de la série de 10 de 
Flo Wrestling.

La plus grande menace sur le espoirs d'or de Mensah-Stock vient de la Française Koumba LARROQUE (FRA).

Si Larroque avait terminé 10ème du championnat du monde 2019, elle avait, avant, remporté deux médailles mondiales consécutives, dont une victoire en demi-finale par 2-1 sur Mensah-Stock en 2018. En 2017, la lutteuse avait obtenu le bronze des mondiaux. C'est alors qu'elle menait par 4-0 en finale des mondiaux 2018 qu'elle s'était déchirée le genou, ce qui l'avait forcée à se contenter d'une médaille d'argent.


La championne olympique Helena MAROULIS (USA) sera alignée en 57kg (Photo : Tony Rotundo).

La championne olympique Maroulis mène une équipe US remaniés 
Médaillée d'or olympique à Rio, Helena MAROULIS (USA) mène une équipe US remaniés qui verra de nombreuses médaillées mondiales descendre d'une catégorie de poids en vue de leur préparation aux Jeux Olympiques.

Maroulis concourra en 57kg tandis que Sarah HILDEBRANDT (USA) et Jacarra WINCHESTER (USA) descendront d'un cran de leurs catégories des mondiaux de Noursoultan, soit respectivement 53 et 55kg. 

Hildebrandt, médaillée mondiale d'argent 2018 en 53kg, fera sa troisième apparition en tout en 50kg, après avoir lutté en 50kg au Matteo Pellicone 2020, où elle avait vaincu la première mondiale Alina VUC (ROU) grâce à un amené au sol lors de la dernière seconde du combat qui lui permit d'engranger son second titre d'ESC. Une performance suivie par la qualification des Etats-Unis pour les JO par une deuxième place au qualificatif panaméricain 2020. 

Winchester, championne du monde en titre des 55kg, est descendue dans la catégorie de poids olympique des 53kg. Elle fera sa seconde apparition dans cette classe ; sa première fut au qualificatif olympique panaméricain 2020, où elle avait elle aussi obtenu pour les Etats-Unis une place aux JO grâce à une seconde place.


Le champion du monde 2019 Nugzari TSURTSUMIA (GEO) est inscrit en 55kg (Photo : Sachiko Hotaka).

Tsurtsumia en tête d'affiche de la lutte gréco-romaine 
Nugzari TSURTSUMIA (GEO) est l'unique champion du monde en titre inscrit en lutte gréco-romaine. Lui feront face, en 55kg et entre autres, le médaillé mondial de bronze 
Ekrem ÖZTÜRK (TUR) et le médaillé d'argent de la récente Coupe du Monde Individuelle de Belgrade Serif KILIÇ (TUR).

Le Grand Prix de France Henri Deglane, diffusé en direct sur United World Wrestling, commence vendredi à 10h30 heure locale. La lutte féminine ouvrira les festivités avec les tours de qualification des 50kg, 53kg, 57kg, 62kg, 68kg et 76kg. 

PROGRAMME

Jeudi
10:00-12:00: Inscriptions finales WW-50kg 53kg 57kg 62kg 68kg 76kg (+2kg)
18:00-19:00: Tirage WW-50kg 53kg 57kg 62kg 68kg 76kg (+2kg)

Vendredi 
8:00: Contrôle médical WW-50kg 53kg 57kg 62kg 68kg 76kg (+2kg)
8:30: Pesée WW-50kg 53kg 57kg 62kg 68kg 76kg (+2kg)
10:00: Inscriptions finales FS–57kg 61kg 65kg 70kg 74kg 79kg 86kg 92kg 97kg 125kg (+2kg)
10:30: Qualifications et Finales
18:00: Tirage FS–57kg 61kg 65kg 70kg 74kg 79kg 86kg 92kg 97kg 125kg (+2kg)
20:30: Cérémonie de remise des médailles

Samedi 
8:00: Contrôle médical FS–57kg 61kg 65kg 70kg 74kg 79kg 86kg 92kg 97kg 125kg (+2kg)
8:30: Pesée FS–57kg 61kg 65kg 70kg 74kg 79kg 86kg 92kg 97kg 125kg (+2kg)
10:00: Inscriptions finales GR–55kg 60kg 63kg 67kg 72kg 77kg 82kg 87kg 97kg 130kg (+2kg)
10:30: Qualifications et Finales
18:00: Tirage GR–55kg 60kg 63kg 67kg 72kg 77kg 82kg 87kg 97kg 130kg (+2kg)
20:30: Cérémonie de remise des médailles

Dimanche 
8:00: Contrôle médical GR–55kg 60kg 63kg 67kg 72kg 77kg 82kg 87kg 97kg 130kg (+2kg)
8:30: Pesée GR–55kg 60kg 63kg 67kg 72kg 77kg 82kg 87kg 97kg 130kg (+2kg)
10:00: Qualifications et Finales
10:30: Cérémonie de remise des médailles