L'Hebdo !

L'Hebdo du 12 novembre !

By Eric Olanowski

En revue, les équipes en course à la Coupe du Monde de lutte féminine, les athlètes et les catégories de poids à surveiller, et la Coupe du Monde de lutte gréco-romaine en Iran du 28 au 29 novembre.

1. La route des finales 
Depuis la naissance de la Coupe du Monde de lutte féminine il y a 18 ans, les équipes du Japon, de la Chine et des USA sont les seuIes à s'être emparées du trophée de cette compétition annuelle opposant les équipes invitées. Mais depuis 2003, année de la seule victoire des États-Unis, le Japon et la Chine exercent une domination certaine sur la lutte féminine et se sont partagés les 14 dernières éditions. 

Le Japon et la Chine se sont affrontés en finale des deux dernières éditions et par deux fois le Japon est sorti victorieux. Cette année cependant, les choses seront différentes car les deux pays se rencontreront samedi soir en combats de Groupe A pour une place potentielle en finale. Il leur faudra cependant prendre le dessus sur une  équipe ukrainienne plutôt jeune et inexpérimentée - mais qui a promis de faire vaciller l'ordre établi pour leur possible première apparition en finale depuis 2005. 

La Fédération russe, deuxième cette année des championnats du monde, tient le haut de l'affiche du Groupe B, une affiche partagée avec les USA et la Mongolie, respectivement troisièmes et septième à Noursoultan.

Si la Mongolie affiche deux médaillées mondiales de bronze, il se peut qu'elle manque de puissance de feu pour tenir à distance la Russie et les États-Unis - équipes qui chacune affichent au moins une championne du monde.

Les premiers affrontements des équipes russes et américaines sont programmés pour samedi après-midi et amèneront sur les tapis quatre des dix championnes du monde inscrites à la compétition.

Inna TRAZHUKOVA (RUS), championne du monde cette année en 62kg, mène la Fédération russe, tandis que Jacarra WINCHESTER, Tamyra MENSAH et Adeline GRAY combattront sous la bannière étoilée.

Après les combats de groupe, les deux équipes aux meilleurs résultats se retrouveront en finale dimanche, les deux suivantes se disputeront les troisième et quatrième places, puis les équipes restantes monteront sur les tapis pour les dernières places.

Titres de Coupe du Monde de lutte féminine
Japon : 10 
Chine : 6
États-Unis : 1

PROGRAMME
Samedi 16 novembre 
10:30 – Tapis A : JPN vs. UKR / Tapis B : RUS vs. MGL 
12:00 – Tapis A : RUS vs. USA / Tapis B : CHN vs. UKR 
16:30 – Cérémonie d'ouverture 
17:00 – Tapis A : JPN vs. CHN / Tapis B : USA vs. MGL

Dimanche 17 novembre 
08:00 – Examen médical & pesée
10:30 – Finales 5/6
13:00 – Finales 3/4
14:30 – Finales 1/2
16:00 – Remise des prix

Jacarra WINCHESTER (USA), l'une des cinq championnes du monde en lice pour la Coupe du Monde de lutte féminine ce weekend. (Photo : Kadir Caliskan)

2. Athlètes à surveiller : les cinq championnes du monde
Cinq des six équipes de la Coupe du Monde affichent au moins deux championnes du monde en titre, pour un total de 17 lutteuses montées sur le podium des championnats du monde cette année ; l'Ukraine est la seule équipe inscrite sans médaillée mondiale 2019. Les cinq tenantes du titre à observer de près :

55kg - Jacarra WINCHESTER (USA)
57kg - Risako KAWAI (USA)
62kg - Inna TRAZHUKOVA (RUS)
68kg - Tamyra MENSAH (USA)
76kg - Adeline GRAY (USA)

Risako KAWAI (JPN) et Ningning RONG (CHN) se sont affrontées en finale des mondiaux le mois dernier, catégorie des 57kg. Remake possible ce weekend à l'occasion de la Coupe du Monde de lutte féminine. (Photo : Gabor Martin)

3. Catégories de poids à surveiller : 57 et 76kg 
Les deux catégories de poids à ne pas manquer ce weekend sont celles des 57 et des 76kg, chacune affichant sa championne du monde en titre et la vaincue de la finale des mondiaux. Il est donc possible que nous voyions deux remakes des finales de Noursoultan !

Risako KAWAI (JPN) et Ningning RONG (CHN), les deux finalistes de Noursoultan en 57kg, pourraient s'affronter samedi soir lorsque le Japon sera face à la Chine, à 17 heures.

Kawai est regardée comme la meilleure lutteuse du monde et a, depuis son titre olympique (Rio 2016), remporté trois titres mondiaux consécutifs. Son adversaire potentielle, la Chinoise Ningning Rong, est championne du monde 2018 et médaillée d'argent 2019. La star fortement émotionnelle a atteint les deux dernières finales des mondiaux, a remporté un titre continental et au moins trois tournois depuis.

Deux autres lutteuses seront cependant des obstacles à surmonter pour Kawai et Rong : ALTANTSETSEG Battsetseg (MGL) et Olena KREMZER (UKR). La Mongole de 25 ans est médaillée d'argent des mondiaux U23 de 2017, l'Ukrainienne médaillée de bronze de l'édition 2018.

En 76kg, la catégorie 'poids lourd' de la lutte féminine, les deux meilleures lutteuses Adeline Gray et Hiroe MINAGAWA (JPN) pourraient se retrouver dans le remake de la finale de septembre, mais tout dépend de la phase de groupe. De plus, Ekaterina BUKINA (RUS), médaillée olympique de bronze à Rio en 2016, et ZHOU Qian (CHN), médaillée mondiale d'argent en 2015, sont aussi inscrites en 76kg.

Abuiazid MANTSIGOV (RUS), champion du monde en titre, est en tête de l'équipe russe de la Coupe du Monde de lutte gréco-romaine de Téhéran. (Photo: Gabor Martin)

4. L'Iran accueille la Coupe du Monde de lutte gréco-romaine les 28 et 29 novembre prochain 
L'Iran se prépare à accueillir la Coupe du Monde de lutte gréco-romaine pour la septième fois consécutive. La compétition, d'une durée de deux jours, ouvre ses portes jeudi 28 novembre au Stade Azadi de Téhéran et affiche six équipes. C'est la première fois depuis 2008 que la Coupe du Monde accueille moins de huit équipes.

L'équipe russe, tenante du titre, veut être la première à soulever le trophée deux fois d'affilée depuis le doublé de l'Iran en 2011 et 2012. Pour leur possible huitième titre en tout, les Russes comptent beaucoup sur le champion du monde en titre de la catégorie des 72kg Abuiazid MANTSIGOV (RUS). 

En renfort, Aleksandr CHEKHIRKIN, Stepan MARYANYAN et Sergey SEMENOV feront partie de l'équipe russe ; tous trois sont champions du monde 2018 mais Maryanan, médaillé d'argent cette année, est le seul médaillé mondial à remettre son prix en jeu.

Hors la division russe, six autres tenants du titre seront à Téhéran.

Fortement attendu, un potentiel remake de la finale des Jeux Olympiques de Rio se profile à l'horizon entre Ismael BORRERO MOLINA (CUB) et Shinobu OTA (JPN) en 67kg. 

Borrero et Ota ont chacun décroché une médaille d'or à Noursoultan, mais le Japonais commencera à Téhéran son ascension dans la catégorie olympique des 67kg - dont Borrero détient le titre. Il avait remporté à Noursoultan la finale des 63kg, une catégorie non olympique. Ota avait annoncé ce changement juste après l'obtention de son titre le mois dernier, avec pour objectif d'améliorer son résultat de Rio 2016, où il avait concédé en finale la défaite face à ce même Borrero et avait dû se contenter de la médaille d'argent.

Borrero, Mantsigov et Ota ; trois autres champions du monde seront sur les tapis de la Coupe du Monde de lutte gréco-romaine : Nugzari TSURTSUMIA (GEO), Kenichiro FUMITA (JPN) et Lasha GOBADZE (GEO). 

Champions du Monde inscrits
55kg - Nugzari TSURTSUMIA (GEO)
60kg - Kenichiro FUMITA (JPN) 
67kg - Ismael BORRERO MOLINA (CUB)
67kg - Shinobu OTA (JPN)
72kg - Abuiazid MANTSIGOV (RUS)
82kg - Lasha GOBADZE (GEO)

Le double champion du monde et champion olympique Kyle SNYDER (USA) est en tête d'affiche du Bill Farrell. (Photo : Kadir Caliskan)

5. Bill Farrell en live sur FloWrestling.org 
Le Club d'Athlétisme de New York accueillera les qualifications de l'équipe olympique des USA lors du Tournoi Bill Farrell les 16 et 17 novembre prochain. Le meilleur athlète des six catégories olympiques de lutte libre, lutte gréco-romaine et lutte féminine assurera sa place pour les sélections de l'équipe olympique en avril 2020. 

Nos collègues de Flowrestling.org détiennent les droits de diffusion et ont publié une liste des participants attendus. 

L'Hebdo dans les réseaux !

1. Big Move Monday -- Khoroshavtseva O. (RUS) -- Mondiaux Seniors 2019
2. ‪Iszmail MUSZHKAJEV 🇭🇺: Championnat du Monde, extraits
3. Hassan YAZDANI 🇮🇷 Championnat du Monde, extraits
4. En coulisse : Sadulaev et 97kg à #WrestleNurSultan
5. Kazakhstan 🇰🇿 fait le spectacle aux mondiaux de #WrestleNurSultan — hors tapis aussi !

L'Hebdo !

L'Hebdo du 3 décembre !

By Eric Olanowski

En revue, les épreuves de sélection olympique de l'équipe canadienne et le Tournoi Alans, les résultats de la Coupe Alrosa et le championnat d'Inde.

1. La Russie domine le reste du monde à la Coupe Alrosa 
L'équipe de stars russes a clôt la Coupe Alrosa, tenue à Moscou, par 11 victoire pour une seule défaite concédée contre une équipe constituée de l'élite mondiale et représentant 7 pays.

En lutte gréco-romaine et catégorie de poids des 77kg, Roman VLASOV (RUS) s'est défait de son adversaire des finales des JO de Londres Arsen JULFALAKYAN (ARM) par 3-2 dans la rencontre phare de la compétition. 

Vlasov, double champion olympique, a inscrit un point en période d'inactivité, avant d'en ajouter deux supplémentaires grâce à une ceinture en pont du côté droit. Julfalakyan est remonté à un point de son opposant à moins d'une minute de la cloche grâce à un amené au sol tardif. Pas assez, cependant, pour prendre la revanche de sa défaite olympique.

En lutte libre, la performance la plus impressionnante est probablement celle donnée par Alikhan ZHABRAILOV (RUS) en 97kg, qui inscrit un inattendu 5-2 sur le champion olympique Sharip SHARIPOV (AZE). 

Autre victoire notable pour la Fédération russe, celle remportée en 125kg par Bilyal MAKHOV (RUS), en quête permanente d'un meilleur résultat depuis sa médaille d'argent olympique, 2-0 sur un Elizbar ODIKADZE (GEO) encore trop léger, qui à Noursoultan luttait avec les 97kg.

Le triple champion du monde azerbaïdjanais Haji ALIYEV (AZE) est le seul non Russe sorti victorieux du duel de douze combats, grâce un amené au sol réalisé à la dernière seconde sur Nachyin KUULAR (RUS), pour une victoire remportée 5-4 dans la catégorie des 65kg. 

Russia vs Reste du monde : 11-1
Lutte libre (5-1)
57kg – Ramis GAMZATOV (RUS) df. Giorgi EDISHERASHVILI (AZE), 8-4
65kg – Haji ALIYEV (AZE) df. Nachyin KUULAR (RUS), 5-4 
74kg – Timur BIZHOEV (RUS) df. Avtandil KENTCHADZE (GEO), 2-1
86kg – Magomed RAMAZANON (RUS) df. Ahmad BAZRI (IRI), 3-2 
97kg – Alikhan ZHABRAILOV (RUS) df. Sharip SHARIPOV (AZE), 5-2 
125kg – Bilyal MAKHOV (RUS) df. Elizbar ODIKADZE (GEO), 2-0 

Lutte gréco-romaine (6-0)
60kg – Sergey EMELIN (RUS) df. Victor CIOBANU (MDA), 7-0
67kg – Artem SURKOV (RUS) df. Atakan YUEKSEL (TUR), 6-1 
77kg – Roman VLASOV (RUS) df. Arsen JULFALAKYAN (ARM), 3-2 
87kg – Alexander KOMAROV (RUS) df. Metehan BASAR (TUR), 2-1 
97kg – Nikita MELNIKOV (RUS) df. Ibrahim TIGCI (TUR), 8-3
130kg – Vitali SCHUR (RUS) df. Nurmakhan TINALIEV (KAZ), 3-1 

2. Wiebe lance sa quête d'une seconde couronne olympique avec les sélections canadiennes
Erica WIEBE (CAN) avait déclaré qu'obtenir son premier titre olympique était la chose la plus difficile qu'elle ait jamais faite. Depuis Rio pourtant, le ton a changé : poursuivre un second titre est encore plus difficile.

Sa tentative de devenir la première lutteuse non-japonaise à remporter deux titres olympiques débutera officiellement ce vendredi, à l'occasion des deux jours des épreuves de sélection olympique de l'équipe canadienne prévus à Niagara, en Ontario.

Si les étapes à suivre sont relativement simples pour que Wiebe se retrouve à Tokyo l'année prochaine, rien n'est acquis : elle doit tout d'abord remporter les épreuves de ce weekend, puis qualifier sa catégorie lors des qualificatifs olympiques panaméricains (13-15 mars 2020). 

Wiebe est inscrite en 76kg pour les épreuves de Niagara, avec cinq autres lutteuses dont les deux dernières représentantes canadiennes de la catégorie des 72kg qui ont rejoint la catégorie olympique des 76kg.

Ses opposantes les plus à craindre sont la championne panaméricaine 2019 Dejah SLATER et la championne du monde 2018 Justina DI STASIO.

Wiebe et Di Stasio se sont déjà affrontées cette année lors des finales de la Coupe du Canada à Calgary au mois de juin, où Wiebe a remporté une victoire en remontée victorieuse : menée 3-2 à l'approche de la cloche, la championne olympique l'emportera finalement.

La catégorie des 57kg sera également sous les feux des projecteurs. Là, Linda MORAIS, championne du monde en titre des 59kg, rejoindra la catégorie olympique dans l'espoir de décrocher l'or de Tokyo. Elle y affrontera Hannah TAYLOR et Alexandra TOWN. Taylor a récemment remporté la médaille de bronze au championnat du monde des U23 et en détient le titre, qu'elle avait ravi à Town, la première canadienne à l'avoir obtenu il y a tout juste un an.

Les épreuves canadiennes de sélection olympique débutent vendredi et sont diffusée en direct sur www.wrestling.ca et CBC Sports. Vous pouvez également suivre les infos de la Fédération canadienne Wrestling Canada Lutte sur FacebookTwitter et Instagram.

Kyle SNYDER (USA) mènera l'équipe des USA à Vladikavkaz, en Russie, pour le Tournoi international Alans. (Photo : Tony Rotundo)

3. Snyder en tête d'une équipe américaine expérimentée au tournoi Alans
C'est une équipe américaine très expérimentée de six lutteurs que Kyle SNYDER (USA) emmènera au Tournoi International Alans de Vladikavkaz, en Russie, du 5 au 8 décembre au Palais des Sports Menezh.

Thomas GILMAN, James GREEN et Nick GWIAZDOWSKI, trois médaillés mondiaux, se joindront à Snyder, double champion du monde et champion olympique. Au total, l'équipe des USA affiche neuf médailles mondiales et un titre olympique.

Gilman, médaillé mondial d'argent en 2017, montera sur les tapis russes pour la troisième fois ce trimestre. Il avait remporté l'or par 5-0 au Tournoi Yusup Abdulsalamov en octobre au Daghestan, puis le bronze lors de la Coupe Intercontinentale de Khasavyurt. 

Green, deux fois médaillé mondial en 70kg, tentera de faire mieux que le bronze qu'il avait obtenu l'année dernière, mais sans lutter dans sa catégorie habituelle puisqu'il a rejoint la catégorie olympique des 74kg, où l'attend de pied ferme son coéquipier Jordan BURROUGHS pour lui disputer la place olympique. 

Quatrième médaillé mondial de l'équipe US, le double médaillé de bronze Nick GWIAZDOWSKI, inscrit dans la catégorie poids lourd des 125kg. 

Zain RETHERFORD et Mike MACHIAVELLO complètent le groupe des six. Il s'agit de la troisième sélection en équipe mondial US pour Retherford, inscrit en 65kg, tandis que Machiavello luttera en 92kg. 

Équipe US Alans 
57kg – Thomas GILMAN ('18 argent)
65kg – Zain RETHERFORD 
74kg – James GREEN ('17 argent, '15 bronze)
92kg – Mike MACHIAVELLO 
97kg – Kyle SNYDER ('15 and '17 or, '18 argent, '19 bronze) ('16 or olympique)
125kg – Nick GWIAZDOWSKI ('17 et '18 bronze)

Prix
OR - $5000 $ + $1000 pour l'entraîneur
ARGENT - $2000 
BRONZE - $1000 (pour chaque médaille)

Vinesh VINESH (IND) (Photo : Tony Rotundo) 

4. Vinesh et Malik Shine au championnat d'Inde Tata Motors
Les stars indiennes Vinesh VINESH et Sakshi MALIK ont brillé ce weekend, sortie chacune victorieuse de sa classe de poids respective lors de la 64ème édition annuelle du championnat d'Inde Tata Motors de Jalandhar dans le nord du Penjab. 

Vinesh, la plus remarquable des stars de la lutte indienne et médaillée de bronze à Noursoultan, a enchaîné sur une médaille d'or à Jalandhar. Vinesh, qui a qualifié l'Inde pour les Jeux Olympiques dans la catégorie des 53kg, a vaincu Anju ANJU 7-3 en finale des 55kg. 

Sakshi Malik est l'autre superstar couronnée ce weekend. Médaillée de bronze olympique à Rio en 2016, elle est revenue en phase gagnante après une décevante 17ème place au championnat du monde. Malik a vaiincu Radhika RADHIKA 4-2 en finale des 62kg. 

En lutte libre, les deux médaillés mondiaux indiens 2019 Bajrang PUNIA et Deepak PUNIA avait choisi de faire l'impasse sur la compétition. Bajrang, qui avait engrangé une médaille pour la seconde année consécutive lors des derniers championnats du monde, se prépare pour les JO de Tokyo tandis que Deepak, médaillé mondial d'argent en 86kg, soigne toujours la même blessure qui l'avait empêché d'affronter jusqu'au bout Hassan YAZDANI (IRI) en finale des 86kg. 

Les vainqueurs du championnat d'Inde se rendront prochainement au Népal pour les Jeux d'Asie du Sud, qui ouvrent vendredi 6 décembre.

Lutte féminine 
50kg – Sheetal TOMAR df. Nirmal NIRMAL, 7-3 
53kg – Pinki PINKI df. Ankush ANKUSH, 7-3 
55kg – Vinest VINESH df. Anju ANJU, 7-3 
57kg – Sarita MOR df. Neetu NEETU, par forfait
59kg – Anshu ANSHU df. Lalita SHERAWAT, 4-4
62kg – Sakshi MALIK df. Rashika RADHIKA, 4-2 
65kg – Nisha DAHIYA df. Navjot KAUR, 4-1 
68kg – Anita Sheoran df.  Divya KAKRAN, 5-1 
72kg – Kiran KIRAN  df. Naina NAINA, 4-1 
76kg – Gursharan PREET KAUR df. 4-2 POOJA, 4-2 

Lutte libre 
57kg – Rahul RAHUL df. Abasaheb ABASAHEB, 7-6
61kg – RAVINDER Sonaba df. Tanaji TANAJI, 12-2
65kg – Amit KUMAR df. Rahul RAHUL, 12-2
70kg – Naveen NAVEEN df. Vishal VISHAL, 2-1 
74kg – Gourav BALIYAN df. Praveen RANA, 5-3
79kg – Sandeep MANN df. Jutender JITENDER, 7-4
86kg – Pawan KUMAR df. Deepak SAROHA, 4-1 
92kg – Monu MONU df Sunil SUNIL, 10-2
97kg – Satyawart KADIAN df. Kapil Chaudhary, 9-0
125kg – Sumit MALIK df. Abhijut ABHIJIT, 5-0 

Shinobu OTA (JPN) (Photo : Tony Rotundo)

5. Médaillés olympiques d'argent à Rio en 2016, Ota et Higuchi prennent des mesures drastiques pour tenter de rejoindre Tokyo
Selon la liste des inscriptions récemment publiée par la Fédération japonaise de lutte, deux médaillés d'argent olympique japonais se sont vu obligés de prendre des mesures désespérées s'ils souhaitent représenter à nouveau leur pays à domicile à l'occasion des JO de Tokyo 2020, et c'est un 'problème de poids'.

Shinobu OTA, médaillé d'argent en 60kg aux Jeux de Rio, est monté de deux divisions pour rejoindre les 67kg au prochain championnat du Japon du 19 au 22 décembre prochain, une compétition qui constitue l'ultime épreuve qualificative pour soit occuper une place déjà qualifiée par le Japon, soit être sélectionné pour le tournoi qualificatif olympique d'Asie au mois de mars 2019.

Inversement, Rei HIGUCHI, qui n'a pas pu obtenir de passe olympique en lutte libre 65kg, est lui descendu de deux divisions pour rejoindre les 57kg, catégorie de poids dans laquelle il avait remporté l'or à Rio en 2016.

Cliquez ici pour l'article complet de Ken Martantz sur le championnat du Japon (en anglais). 

L'Hebdo dans les réseaux !
1. Big Move Monday -- Islamova V.
2. Mijain LÓPEZ est triple champion olympique et est en quête d'un quatrième titre, ce qui en ferait le premier homme de l'histoire à en détenir quatre !
3. La Russie écrase le reste du monde 🇷🇺.
4. Fans de lutte, c'est vendredi ! ‬
5. Un champion du monde sous les projecteurs : Abuiazid MANTSIGOV (RUS) écrase ses quatre adversaires de #WrestleNurSultan 29-0 et décroche son premier titre mondial. Âgé de 26 ans, le Russe a atteint la supériorité technique en 53 secondes sur Aram VARDANYAN (UZB), vaincu 9-0 en finale.